AccueilCompétences Assainissement collectifTraitement

La station d’épuration

La station d’épuration a été entièrement reconstruite de 2009 à 2012 en lieu et place de l’ancienne qui datait de 1975. galerie photo

Elle reçoit les eaux usées des 21 communes du syndicat, soit en moyenne 9000 m3 par jour, pour un débit de référence de 18480 m3 par jour, correspondant à 63 000 équivalents-habitants.

La station est équipée de trois filières de traitement.

  • Les files eau et boues ont pour but d’extraire la pollution et de produire d’un côté une eau assimilable par le milieu naturel, et de l’autre des boues à valeur agronomique.
  • La file air permet de traiter les mauvaises odeurs et de ce fait de minimiser les nuisances olfactives de la station. En effet, les ouvrages desquels émanent de fortes odeurs sont confinés dans des bâtiments. Lair malodorant est traité avant de retourner à l’atmosphère

Il est à noter l’intégration paysagère de la station, avec notamment des ouvrages partiellement enterrés et une végétation diversifiée, rendant le site d’implantation de la station agréable visuellement et écologiquement intéressant.

La station d’épuration d’Asnières sur Oise est exploitée par une société privée dans le cadre d’un marché public de service regroupant l’exploitation, la maintenance et l’entretien de la station d’épuration d’Asnières sur Oise ainsi que des ouvrages de transport et de collecte. L’évacuation, le transport et le compostage des boues est aussi une de leur mission.

Traitement des eaux

Les eaux usées arrivant à la station sont tout d’abord dégrillés, afin d’enlever les déchets solides. Deux étapes se succèdent : dégrillage grossier puis fin.

Elles ont pour intérêt d’enlever les pollutions qui ne devraient pas être présentes à l’entrée de la station tels que lingettes, papier toilettes, protection hygiénique, etc...

Ensuite, les eaux passent par une étape de dessablage-déshuillage . Ces ouvrages coniques permettent de récupérer les sables au fond par décantation, et les huiles en surface, grâce à un système de raclage.

Cette étape est également essentielle car :

  • Le sable est une matière minérale et non organique. Il est donc extrait puis passe par un laveur, le but étant de le rendre réutilisable pour une autre fonction,
  • La graisse est composée de molécules très complexes. Elle passe alors par une étape de traitement qui leur est spécifique afin de les rendre assimilable par le traitement biologique.

Le dégrillage et le dessablage-déshuilage permettent en fait de retirer des eaux usées ou modifier dans le cas des graisses ceux qui ne pourra pas être traitées par notre filière biologique, c’est le prétraitement.

Les eaux prétraitées sont ensuite envoyées vers le traitement biologique. Deux files de traitement sont utilisées simultanément à Asnieres-sur-Oise.
Cette étape, composée d’un bassin d’aération puis d’un clarificateur, permet d’éliminer la pollution dissoute grâce à des bactéries.

Un bassin d’aération est divisé en 5 zones permettant de traiter l’azote, le carbone et le phosphore en faisant varier la concentration d’oxygène selon la zone. L’ajout de chlorure ferrique peut parfois être nécessaire afin d’aider à la déphosphatation.

Le clarificateur permet ensuite de récupérer les boues au fond par décantation. Très liquides, elles sont envoyées vers le traitement des boues.
En surface, l’eau « propre » est récupérée par surverse. C’est une eau assimilable par le milieu naturel (faune et flore), qui est rejetée dans l’Oise (voir la partie « Résultats épuratoires »).

Traitement des boues

Les boues sont traitées par centrifugation. Le but est de retirer le maximum d’eau afin de concentrer la matière. L’apport de polymère lors de cette étape permet de maximiser son efficacité en agglomérant les particules de boue. Stockées dans des bennes, les boues sont ensuite envoyées vers un centre de compostage afin d’être valorisées dans l’agriculture.

A noter : la station d’épuration est équipée d’un poste Matières de Vidange. Elle peut recevoir les produits de vidange des installations autonomes (fosses septiques) des particuliers.
Après un dégrillage spécifique au poste, ces effluents sont injectés dans la station, en amont de l’étape de dessablage-déshuilage.

Résultats épuratoires

La station d’épuration d’Asnières-sur-Oise rejette ces eaux traitées dans l’Oise. Les performances de traitement auxquelles elle doit répondre sont définit au sein de l’arrêté interpréfectoral qui lui est spécifique, et de l’arrêté législatif du 21 juillet 2015 régissant les systèmes d’assainissement.

Les normes à respecter sont tout d'abord en termes de concentration, avec des concentrations maximales à ne pas dépasser, et de rendement, avec des rendements minimaux à atteindre (rendement entre les résultats de l’eau brute et eau traitée)

Voici les résultats obtenus en 2016 :

 

   

MES

DCO

DBO5

NGL

NTK

N-NH4

Pt

   

mg/l

Concentration en sortie de station

4.7

27.8

3.4

5.3

3,7

1.4

0.9

Concentration maximale

30

90

25

10

9 N

7 N

1,5

 

MES

DCO

DBO5

NGL

NTK

N-NH4

Pt

 

%

Rendement obtenu

98

95

98

93

95

97

88

Rendement minimal

93

78

85

80

80

85

80

Pour les paramètres NGL et Pt, les normes à respecter sont en moyenne annuelle, pour les autres c'est en moyenne journalière (chaque analyse doit respecter scrupuleusement les prescriptions).

MES = Matières En Suspension, pollution non dissoute troublant l’effluent qui la contient
DCO et DBO5 = paramètres caractérisant la pollution carbonée
NGL, NTK et NH4 = paramètres caractérisant la pollution azotée
Pt = paramètre caractérisant la pollution phosphorée

Process
Résultats

Connexion